Fabrice Bonnifet : “Ayez le courage que nous n’avons pas eu”

Fabrice Bonnifet : “Ayez le courage que nous n’avons pas eu”

Dans le cahier militant Basculons, des députés, agronomes, journalistes et autres acteurs des transitions portent leurs regards sur les engagements de la génération climat.
04 April 2022
2 minutes de lecture

Dans le cahier militant Basculons, des députés, agronomes, journalistes et autres acteurs des transitions portent leurs regards sur les engagements de la génération climat. Confessions de Fabrice Bonnifet, directeur développement durable de Bouygues.

Les témoignages de la génération Climat montrent qu’ils ont compris qu’ils vont devoir affronter le défi ultime, celui de la préservation du vivant sur la planète dans l’horizon temporel de leur génération ! C’est une responsabilité inédite, aucun mot n’est assez fort pour la caractériser. Lorsque j’avais 20 ans, nos préoccupations étaient dérisoires au regard de celles de la génération actuelle, nous avions simplement l’espérance d’accéder à un confort matériel plus important que celui de nos parents et grands-parents. Nous souhaitions juste prolonger la trajectoire égoïste et inconsciente des boomers bercée par l’illusion de la croissance infinie dans un monde fini en ressources. 

La compréhension de l’urgence climatique s’est révélée à moi à plus de 40 ans, en 2006, grâce au documentaire d’Al Gore Une vérité qui dérange et par une rencontre fortuite avec Jean-Marc Jancovici qui venait juste de créer Carbone 4 avec Alain Grandjean, et ce, alors que les scientifiques avaient déjà publié leurs alertes sur le réchauffement climatique en cours trente ans plus tôt ! C’est dire la faillite de notre système d’éducation et des médias, l’incompétence des économistes, l’impéritie des politiques et la cupidité des décideurs du monde du business. Mais aujourd’hui nous savons. Nous savons qu’il ne nous reste que quelques centaines de jours pour tout changer et éviter l’emballement climatique qui signera un chaos mondial infini, à côté duquel la crise sanitaire de la covid-19 apparaîtra anecdotique. 

Aux jeunes d’aujourd’hui, je dis : “Ayez le courage que nous n’avons pas eu car vous n’avez plus le temps de passer votre tour, sachez surmonter le drame de l’indécision et de la procrastination.” Ce sont des circonstances exceptionnelles qui révèlent, le moment est venu, les individus. La situation de crise climatique requiert de passer à l’action immédiatement et d’arrêter les réflexions et les débats stériles sur le pourquoi nous en sommes arrivés là. Il ne sert plus à rien en effet de tergiverser ni d’essayer de convaincre les partisans de l’inaction, nous devons faire en sorte de contribuer à la mise en évidence des solutions alternatives et inclusives qui existent déjà dans la plupart des secteurs, pour le bénéfice de tous. 

“La compréhension de l’urgence climatique s’est révélée à moi à plus de 40 ans.”

Pour cela, chacun peut agir dans sa sphère d’influence en entreprise ou au sein d’associations, s’engager en politique (sans illusion cependant) et être actif sur les réseaux sociaux car le déclic pourra aussi venir d’une simple émotion. L’enjeu n’est pas seulement de réduire les émissions de CO2 , mais aussi d’inventer le modèle de société compatible avec un monde décarboné générateur d’abondance frugale. C’est possible ! Nous avons collectivement la responsabilité de rendre désirable le monde d’après, notamment auprès de ceux qui sont les plus vulnérables car ils sont aussi les plus nombreux.


Combien tu pèses sur le climat ? En 10 minutes chrono, calcule l'empreinte carbone de ton mode de vie.