Vieillir, tout un art !

Vieillir, tout un art !

La culture peut-elle aider à passer le cap de la retraite ? C’est le pari de 3 structures qui proposent aux aînés de cultiver leur créativité.
14 August 2023
par Hélène Binet
7 minutes de lecture

La culture peut-elle aider à passer le cap de la retraite et offrir une nouvelle jeunesse ? C’est le pari de trois structures accompagnées par la CNAV Île-de-France qui proposent aux aînés de cultiver leur créativité.

Boîte à histoires, Mamie passe à la télé !

Les seniors passent en moyenne près de 6 heures par jour devant la télé. Et s’ils s’invitaient de l’autre côté de l’écran pour nous raconter leur quotidien et changer le cours du leur ? C’est l’idée de Boîte à histoires qui a développé les JT des aînés.

“Bonjour chers téléspectateurs du JT des Aînés de la résidence du Bourg. Pour commencer, madame Madre et Sonia vous font découvrir une console de jeux conçue pour une utilisation dans les milieux de soins.” Ainsi démarre la résidente présentatrice d’un jour du JT des Aînés de son établissement. Assise sur le lit de sa chambre, apprêtée pour l’occasion, l’octogénaire déroule le menu du journal télévisé de la maison, s’appuie sur ses notes, introduit les sujets, une vraie Anne-Sophie Lapix ! 

Tranches de vie

Le JT de 5 minutes est diffusé auprès des résidents, des familles, des amis, met en avant les professionnels de l’établissement, présente les pensionnaires sous un autre jour. On découvre que madame Lacaille était autrefois aide-soignante, que si monsieur Gorget est passionné de jardinage c’est parce qu’il travaillait pour les espaces verts de sa ville… “Les journaux des Aînés sont authentiques, témoigne Virginie Szames qui a créé l’association Boîte à Histoires il y a 5 ans dont la mission est de transmettre les mémoires individuelles et collectives, et de recréer du lien entre les générations. Les gens partagent des anecdotes, c’est souvent marrant.”

Plus qu’un lien

Virginie a eu l’idée de ce format pendant le confinement lorsque les seniors étaient encore plus isolés qu’à l’accoutumée. “C’était un moyen pour eux de donner des nouvelles à leur famille mais aussi de partager des moments de vie de leur quotidien.” La passionnée de recueil d’histoires familiales a alors imaginé tout un dispositif clé en main pour que les établissements puissent avoir leur propre JT.  Parmi les prestations proposées : la captation des images (ou la formation des équipes sur place), l’écriture du script, le montage et sous-titrage des épisodes et le partage du lien privé du JT pour organiser des séances collectives sur place et envoyer la production aux familles. Les établissements peuvent choisir la formule JT à l’unité (550 euros) ou s’abonner à l’année.

Cette initiative qui a reçu une multitude de prix, compte aujourd’hui 50 épisodes de journaux télévisés dans une vingtaine de structures, a séduit près de 20 000 spectateurs et a 1000 effets positifs. Les aînés reprennent confiance, apprennent leur texte, se pomponnent, retrouvent de l’énergie. “Tout le monde veut devenir présentateur, s'amuse Virginie. Avec le JT des Aînés, nos seniors deviennent acteurs d’un journal télévisé ! Ils donnent ainsi des nouvelles à leurs proches et se sentent valorisés. Cette solution permet aussi de mettre en avant les professionnels des établissements et de changer le regard sur le vieillissement et le handicap.”

L’initiative fonctionne si bien que l’association compte aujourd’hui 6 permanents et au moins autant de personnes en freelance. Virginie souhaite désormais aller plus loin et, grâce à la CNAV Ile-de-France, espère toucher un maximum d’établissements franciliens. “Il y a 7 ans, je me suis dit que ma mission était de sauvegarder les mémoires du monde entier. Depuis je ne vois aucune raison de m’arrêter.”

Muse’IF, le trip advisor pour tous les seniors

Et si les anciens nous racontaient les histoires de leur patrimoine ? Bienvenue dans le futur plus grand musée d’Île-de-France aux œuvres sélectionnées et commentées par les plus de 60 ans.

Ils vous parleront d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Ils vous raconteront des anecdotes inconnues sur les musées du Louvre, de la maison Caillebotte ou d’Orsay, vous expliqueront que mot “ordinateur” a été inventé dans l’usine IBM à côté de chez eux, vous emmèneront sur le chemin de leurs souvenirs culturels et artistiques. 

Dans quelques mois, grâce à la start up Hello Art Up, les seniors d’Île-de-France vous présenteront Muse’IF, une carte culturelle interactive avec mille et une adresses de monuments, tableaux ou sites commentés par leurs soins mêlant petites et grandes histoires.

Ma vie, leurs œuvres

Ce projet porté par Lætitia Portal fait suite à une première expérience réussie dans une trentaine d’Ehpads où la spécialiste des solutions numériques dans les musées a installé des expositions virtuelles commentées par les résidents. En se promenant dans le lieu, de la salle à manger au jardin, avec tous types d’écrans, du smartphone à la télé en passant par un casque de réalité virtuelle, chacun peut désormais découvrir des œuvres et des souvenirs et même participer et contribuer à cette œuvre collective depuis sa chambre. Ici un collage de madame Cohen inspiré par Max Ernst, plus loin les Coquelicots de Claude Monet qui rappellent à une résidente les petites poupées en fleurs que lui fabriquait son père. Ailleurs, l'expérience de vie d'une troisième résidente comme apprentie débruteuse de diamant avant guerre … “Avec ce projet, on recrée du lien, se félicite Lætitia. Les uns et les autres se découvrent autrement. C'est l'occasion de regarder les personnes différemment, et de prendre conscience que chacun a beaucoup de choses à découvrir et en particulier la richesse de tous ceux qui les entourent, et de montrer tout ce qu'ils sont capables de faire et de partager."

On partage ses passions, ça ouvre les chakras et ça permet de travailler sur la mémoire.”

Avec Muse’IF, Lætitia souhaite poursuivre sur cette lancée d’histoire collective. “On va chercher de la mémoire vivante parce qu’après cela risque d’être perdu.” Concrètement, les plus de 60 ans sont invités à partager leurs connaissances culturelles, à faire tourner leurs bons plans, à raconter leurs expériences sur le site (en construction). L’objectif est de lutter contre l’isolement, de donner envie de sortir de chez soi, de favoriser les rencontres et les partages. “Au début, on va proposer des activités à l’échelle de plusieurs territoires et petit à petit on va zoomer sur la région Île-de-France tout entière. L’idée c’est d’avoir plein de choses à découvrir près de chez soi mais aussi de donner l’envie d’aller découvrir d’autres départements.”

Lætitia rêve d’être prête pour les JO 2024 et met tout en œuvre pour lancer son projet pour tous les publics avec même une version anglaise. L’idée est de pouvoir proposer aux personnes de visiter autrement l’Île-de-France, d'apporter un regard neuf et totalement différent sur les lieux d'art, de culture et de patrimoine et de pourquoi pas d’être une alternative touristique pour les personnes retraitées mais aussi pour tous les publics: familles et amoureux de l'Ile-de-France. “La mémoire est l’avenir du passé”, écrivait Paul Valéry. Avec Muse’IF c’est pour Lætitia un moyen de ré-enchanter le présent.

Activ’Retraite : l’outil intelligent anti-routine

Parce qu’il n’est pas toujours évident d’envisager sereinement sa retraite, Silver Anana a développé une plateforme de recommandations personnalisées d’activités pour permettre aux jeunes seniors de croquer cette nouvelle vie à pleines dents.

Qu’est-ce que je peux faire, je ne sais pas quoi faire… Pas facile du jour au lendemain d’envisager son quotidien hors du monde de travail. Souvent, à mesure que le temps passe, les envies trépassent, laissant la routine s’installer et parfois l’isolement envahir le quotidien des seniors.

C’est à partir de ce constat et à la suite de nombreux entretiens que Jonathan Eudeline, fondateur de l’association Silver Anana, a décidé de développer Activ’Retraite. “Le sujet concerne beaucoup de monde, dans des situations très différentes : des retraités non isolés cherchant à mieux se connaître et à découvrir de nouvelles activités auxquelles ils n’auraient pas pensé, mais aussi des personnes plus fragiles en besoin de lien social.” En effet, 18% des personnes prenant leur retraite chaque année vivent seules selon l’INSEE. Soit plus de 110 000 personnes.

Jonathan se souvient de cette dame qu’il avait rencontrée au moment où il réfléchissait encore à son projet. “Elle habitait près de Tarbes. Veuve, confinée pendant le covid, elle ne voyait presque plus personne. La vie lui avait volé son compagnon de route, le coronavirus ses partenaires de jeu. On a cherché ensemble des solutions pour qu’elle puisse continuer à jouer. L’idée d’un bar à jeux près de chez elle lui a tout de suite plu. Elle y est allée pour voir, a découvert cet univers, a rencontré des personnes. Elle a réussi à trouver une alternative qui lui correspondait.”

La retraite, cette période attendue mais imprévisible

Des histoires comme celle-là, Jonathan qui a travaillé plusieurs années chez Malakoff Humanis en a plein. Par exemple celles d’amis de ses parents qui, une fois à la retraite, se sont sentis perdus et en manque d’idées pour la suite. “Prévoir sa retraite c’est bien”, témoigne Henri 68 ans, “mais avant d’y être on ne sait pas ce que c’est”. “Pendant un an c’est super, mais après c’est un peu dur”, renchérit Joëlle.

Grâce à l’utilisation de l’intelligence artificielle et d’outils issus de la recherche en psychosociologie, l’ingénieur est en train de développer une plateforme qui permettra de proposer à chacun et chacune des activités qui lui ressemblent (loisirs, sport, culture, bénévolat, complément de revenu, etc.). L’outil se base sur des questions qui portent aussi bien sur la situation actuelle, l’état de forme, le mode de vie, l’âge… que sur les envies, la personnalité, les valeurs. Le tout aboutit à des recommandations personnalisées et la mise en relation avec des structures locales qui proposent ces activités. C’est aussi plaisant qu’enthousiasmant ! La retraite apparaît alors comme une opportunité d’activités à explorer et non plus comme un moment d’appréhensions.

La plateforme est en phase de développement et s’affine grâce aux ateliers collectifs avec des seniors retraités, financés par la CNAV Île-de-France et programmés du côté de Paris et de Nantes dès l’automne 2023. “Je prends le temps de l’expérimentation pour répondre au mieux aux besoins des personnes. Je veux co-construire un outil facile d’utilisation, qui aura un véritable impact positif sur la vie des gens. Et avec le soutien de la CNAV, je cherche également des partenaires qui pourraient être intéressés pour réutiliser le concept dans leurs solutions,” rappelle Jonathan.

“Un vieillissement en bonne santé est un objectif à appréhender de façon globale : le maintien en bonne santé physique certes, mais le maintien en bonne santé psychique et intellectuelle aussi. À l’Assurance retraite Île-de-France, il nous semble essentiel  de soutenir des projets donnant l'occasion  aux seniors de se donner des objectifs de réflexion, d’échange d’opinion, de conseils. De quoi voudrais–je témoigner aujourd’hui ? Quelles sont mes préférences ? Continuer à se poser des questions sur soi-même et partager un peu de son intimité, cela permet de garder une image de soi positive et solide, sans laquelle la qualité de vie n'aurait  pas beaucoup de sens”.

Estelle Mayart, CNAV. 


Combien tu pèses sur le climat ? En 10 minutes chrono, calcule l'empreinte carbone de ton mode de vie.