10 choses qui disparaissent sans qu’on s’en rende (toujours) compte

10 choses qui disparaissent sans qu’on s’en rende (toujours) compte

Dans le silence de l'indifférence, certaines choses, certains objets, certains concepts tirent leur révérence.
22 February 2023
par Aurore Le Bihan
5 minutes de lecture

Dans le silence de l'indifférence, certaines choses, certains objets, certains concepts tirent leur révérence. Pour le meilleur ? Pas forcément...

Début janvier 2023 a eu lieu comme chaque année le CES, le plus grand salon dédié à la nouvelle technologie à Las Vegas. Métavers, automobiles du turfu qui se conduisent toutes seules… les innovations y fleurissent, toujours plus nombreuses chaque année. Pendant que les regards sont tournés vers ce qui “apparaît”, les innovations, ils sont moins accaparés par ce qui “disparaît”. D’autant que certaines disparitions ne se font pas en grandes pompes, mais loin des regards ou à un rythme tellement lent par rapport à notre échelle humaine qu’elles passent inaperçues. Qu’à cela ne tienne, on a recensé méticuleusement les phénomènes ou choses qui disparaissent à notre insu.

1. La banquise

On commence par une excellente nouvelle (non) ! Depuis 1979, la fonte de la banquise est spectaculaire : environ 70 000 kilomètres en moins chaque année. En Arctique, la banquise pourrait disparaître d’ici 2053 selon une étude publiée dans le journal scientifique Nature. L’adage loin des yeux, loin du cœur marche assez bien pour la banquise, dont la situation polaire la rend pour le moins peu visible, si ce n’est par quelques exploratrices et explorateurs courageux qui n’ont pas peur du froid et des ours polaires (qui sont, eux aussi, en train de disparaître). 

2. Notre intelligence

Selon une étude norvégienne, le QI moyen baisserait progressivement depuis 1995 avec une baisse moyenne de 2,44 points de QI par décennie. Va-t-on finir comme dans le jouissif mais non moins déprimant film Idiocraty (2006), dans lequel  deux imbéciles vivant dans les années 2000 se trouvent propulsés cinq siècles plus tard où ils sont considérés par l'humanité comme de véritables génies tant le niveau intellectuel à baissé ? Les chercheurs ont en tout cas émis des hypothèses sur les causes de cette baisse du QI : l’alimentation, le système éducatif, et l’usage des écrans. Bon, d’ici à ce qu’on devienne collectivement des mollusques (même si, à leur manière les mollusques ont une forme intelligence) il y a un peu de marge…

3. Les saisons

Le constat est unanime du côté du café du commerce comme du GIEC : y’a plus de saisons ma p’tite dame ! Et c’est pas prêt de s’arranger. Boutade à part, une étude anglaise réalisée sur 406 espèces de plantes montre que la floraison a avancé jusqu’à 32 jours pour certaines espèces. Et ce phénomène ne se cantonne bien sûr pas uniquement au Royaume-Uni. Au Japon, par exemple, des chercheurs ont montré que la floraison des cerisiers serait de 10 jours.

Le risque ? Que les pollinisateurs perdent leur repère et ne trouvent plus de nourriture au moment de leur reproduction. Et que ceux à l’autre bout de chaîne alimentaire, c’est à dire pas mal d’animaux et nous, les humains, nous nous retrouvions avec une baisse de rendement agricole. 

4. Les abeilles (et les insectes en général)

Ces petites besogneuses animales de l’ombre sont indispensables pour le cycle du vivant. Leur disparition à un rythme qui étonne même les scientifiques, est alarmante : le taux d’extinction des abeilles est de 100 à 1000 fois supérieur à la normale. Or la pollinisation est indispensable pour 90% des plantes sauvages et 75% des cultures vivrières. Les causes principales de leur disparition sont connues : le changement climatique d’abord, avec les sécheresses, les inondations, … mais aussi et surtout l’agriculture intensive avec ce qu’elle comporte de pesticides et de monoculture. 

Les autres insectes ne sont pas mieux lotis : 30% seraient en voie de disparition selon la revue Biological Conservation. Plus flippant encore : dans 100 ans, tous les insectes pourraient avoir disparu de la surface de notre planète. Les plus âgés d'entre nous se souviennent peut-être avec nostalgie des pare-brise constellés de moustiques écrasés qui se font de plus en plus rares, la faute à la disparition desdites bestioles. Qui aurait cru que les moustiques nous manqueraient à ce point… 

5. Les syndicats 

Le nombre de syndicats et de syndiqués a considérablement baissé depuis la moitié du vingtième siècle. Entre 1988 et 2009, il est encore divisé par deux (soit un recul moyen de 3,5 % par an) alors que le syndicalisme constitue un contre pouvoir pourtant indispensable pour négocier avec celles et ceux qui détiennent le capital. De là à crier à leur disparition, on va peut-être un peu vite en besogne. D’autant qu’on observe un regain d’intérêt pour les organisations syndicales :  en 2022, des employés d’un entrepôt d’Amazon et d’une boutique Apple ont créé leur syndicat.

6. Le cash

Dans certains pays comme la Suède, il n’y aurait plus que 10% des paiements en cash… Payer en cash  semble un geste anodin, mais c’est un geste avec quelques vertus cachées : celle de matérialiser l’argent qu’on dépense, mais aussi de ne pas complètement dépendre des banques et de leur système informatisé. Sans parler des problématiques d’inclusion : les plus précaires qui n’ont pas de compte bancaire ou les personnes âgées qui n’ont pas intégré ces nouveaux usages et risquent de se retrouver bien paumées.

7. Les pailles en plastique (et les sacs plastiques en général)

Une disparition provoquée par l’interdiction depuis le 1er janvier 2021 grâce à la loi autour de l’économie circulaire, des confettis et des pailles. Une aberration écologique, devenue l’emblème de l'absurdité de notre société de consommation… Alors certes, on n'en est pas encore à une véritable révolution de l'industrie pétrochimique (d’autant qu’il y en a pas mal qui ne respectent pas la loi) mais on peut quand même se réjouir de ce petit pas vers la réduction des déchets. En tout cas, une chose est sûre, les pailles en plastique ne manquent à personne. Pas vrai ?

8. L'inconscience autour des questions de racisme, féminisme

N’en déplaise aux détracteurs et détractrices du wokisme, la multiplicité des articles et prises de parole autour du racisme et du féminisme rend de plus en plus compliqué l’excuse du “Quoi ? Mais je savais pas!”. Bonne nouvelle donc, les propos et comportements racistes et sexistes disparaissent même si ça prend beaucoup plus de temps que ça ne le devrait, et que le backlash n'est jamais loin. 

9. Les climato-sceptiques

Champagne ! Aujourd’hui en France,”seulement” 10% de la population pensent que les humains n’ont aucune responsabilité sur le changement climatique selon une étude de l’OCDE. Tempérons cette bonne nouvelle : les climato-sceptiques continuent d’avoir une part disproportionnellement importante dans les médias et d’exercer une influence sur l’opinion publique.

10. Le silence

Une denrée de plus en rare, notamment en ville où il est compliqué de passer entre les mailles du filet sonore entre la circulation, les travaux, les voisins qui font des travaux, les avions et les trains qui passent… Le bio-acousticien Gordon, dont l'activité consiste à recenser les zones de silence, aurait annoncé la fin du silence pour 2026. En effet, ce dernier ne recensait aux USA plus qu’une douzaine de lieux où l’ont peut être dans le silence plus de 15 minutes d'affilée. 


Combien tu pèses sur le climat ? En 10 minutes chrono, calcule l'empreinte carbone de ton mode de vie.