Le lien intergénérationnel, c’est la vie !

Le lien intergénérationnel, c’est la vie !

Doit-on s’ignorer quand on n’est pas du même côté de la vie ? Le lien intergénérationnel permet aux aînés de bien vieillir.
20 June 2023
par Hélène Binet
6 minutes de lecture

Doit-on s’ignorer quand on n’est pas du même côté de la vie ? Que nenni. Le lien intergénérationnel permet aux jeunes de bien grandir et aux aînés de bien vieillir. Rencontre de trois entrepreneurs qui tissent des liens qui font du bien. 

Mamie baby, la vie en partage

Un papy c’est important pour bien grandir. Rodolphe Callies en sait quelque chose. Le sien, il le voyait toutes les semaines pour mille et une activités mais aussi pour glaner conseils et réconfort. “C’était un deuxième père pour moi, il m’a aidé à faire pas mal de choix dans ma vie, il m’a soutenu.” Il y a quelques années, lorsque son grand-père alors en Ehpad quitte ce monde, Rodolphe, alors spécialiste en nouvelles technologies imagine bifurquer pour venir en aide aux personnes âgées et lutter contre leur isolement en établissement. Quelques mois plus tard, quand son meilleur ami lui raconte par le menu la galère des places en crèche, son projet se précise. Il va créer un dispositif où enfants et personnes âgées partageront un bout de leur quotidien pour se faire du bien. 

Transmettre la vie - “Les crèches intergénérationnelles existent depuis plus de 20 ans, il y en a une dans le 15e arrondissement parisien qui a été créée dans les années 2000,” explique Rodolphe qui a vécu pendant 2 ans en colocation avec Noëlle, une grand-mère de 81 ans avec qui il a partagé un quotidien extraordinaire. Mamie Baby s’inscrira donc dans cette lignée. “L’idée est d’installer des micro-crèches intergénérationnelles dans des établissements pour séniors et de proposer aux parents de faire grandir leurs enfants dans un environnement où la rencontre et l’échange entre générations sont au cœur du dispositif,” précise celui qui a longtemps été bénévole auprès de la Fondation des Apprentis d'Auteuil et des Petites Sœurs des Pauvres. Ainsi, dans un cadre sécurisant et familial, les plus jeunes apprendront l’ouverture à la différence, mais aussi la patience, l’autonomie et la douceur. Dans le même temps, les aînés pourront sortir de leur isolement.

L’aventure a commencé en 2022. Une première micro-crèche intergénérationnelle de 12 berceaux devrait prochainement voir le jour dans une résidence services seniors du côté du Havre. Ouverte sur le quartier, elle réservera aussi une place d’accueil solidaire et d’urgence pour permettre aux personnes à faibles revenus d’avoir une place en crèche. À terme, Mamie Baby va essaimer partout en France, notamment grâce à l’aide de l’Assurance retraite Ile-de-France qui permet d'accéder à des financements, d’être reconnu et d’intégrer tout un écosystème. “Ça nous donne des ailes, confie Rodolphe. Des micro-crèches, il peut y en avoir partout, là où il y a des personnes isolées.” Roulez jeunesse !

Helpy, le jeu vidéo coopératif, maxi-connivence

Dis mamie on joue ? Sur sa tablette, Louise a installé Helpy, l’application qui comporte 6 jeux spécialement conçus pour jouer en duo de 7 à 99 ans. C’est une surprise, elle a téléchargé une photo de sa grand-mère en vacances il y a 20 ans dans la partie puzzle. Ça va forcément amorcer une bonne discussion. La grand-mère et la petite fille se mettent à jouer, les souvenirs rejaillissent. “ J’ai imaginé Helpy après avoir accompagné ma mère atteinte d'Alzheimer pendant 6 ans, explique Stéphanie Herrbach, designeuse à son compte depuis 20 ans. J’étais son aidante principale, j’ai failli y laisser ma peau.” Pendant qu’elle prend soin de sa mère, son fils, lui, joue avec sa grand-mère simplement et naturellement. “Lorsque j’ai pris conscience que je n’arrivais plus à passer du bon temps avec ma mère, je me suis fait aider et je me suis concentrée sur les activités plaisir.” Stéphanie qui en connaît un rayon côté communication a désormais du temps pour imaginer mille jeux pour stimuler sa maman, faire travailler sa mémoire, tout en rendant son quotidien ludique. “Les aidants m’ont dit que j’avais plein d’idées et qu’il fallait que je poursuive, c’est ainsi que je me suis lancée dans l’aventure.” 

L'appli qui crée du lien - Au début, la designeuse pense développer un jeu de plateau mais se laisse rapidement convaincre que le digital sera plus approprié. Elle rencontre des entrepreneurs, des soignants, des experts du médical mais aussi des entreprises qui font des serious game, des développeurs… affine son projet et finit par le pitcher à un startup week-end. “C’est là que j’ai rencontré Pierre, mon premier associé. Ça a tout de suite marché, on a prototypé la toute première version d’Helpy.”

Après 4 ans de recherche et développement Helpy appartient désormais à la catégorie des party games, une série de mini-jeux vidéo simples, amusants et accessibles tous conçus et  validés avec les acteurs de terrain . “Le jeu sert de brise-glace, favorise la communication, la relation, crée du lien entre les générations, explique Stéphanie qui a pu tester tous les jeux auprès de sa maman avant qu’elle ne s’éteigne il y a un an. La plupart se jouent en équipe, tous font appel à la coopération. “

Lancé il y a un an, Helpy devrait bientôt voir le nombre de jeux tripler sur sa plateforme et, grâce au soutien de l’Assurance retraite, être proposé aux établissements  médico-sociaux et conquérir l’Île-de-France. L’idée c’est qu’ils puissent être mis à disposition des aidants, des familles et des soignants… “Helpy est une entreprise lyonnaise, il s’agit désormais de se développer au niveau national et auprès d’un maximum de publics,” conclut Stéphanie pour qui bien vieillir ne doit pas être réservé qu’aux personnes privilégiées. Faites vos jeux ! 

Mes parents et moi, de la confiance et de la convivialité livrées à domicile

“L’isolement, il faut le voir pour le croire. Quand tu le perçois autour de toi, c’est très brutal.” Lorsque Harouna N’Gaide explique ce qu’il a mis en place pour permettre à des personnes âgées isolées, esseulées, de retrouver le goût de la vie, on a envie d’enfiler une tenue de livreur et de rejoindre son équipe. Son pitch tient sur un ticket de caisse : accompagner les personnes âgées en perte d’autonomie ainsi que leurs aidants grâce à des services adaptés. Parmi ces services, l’évidente livraison de courses assortie d’une prestation de petits services, convivialité comprise.

Harouna a imaginé cette initiative en 2019 comme le prolongement de Courses et moi, le service de livraison à domicile qu’il a monté, particulièrement prisé par les seniors. “Je me suis rendu compte de trois choses fondamentales : que les gens qui passaient commande étaient souvent des aidants ; que les livraisons chez les seniors duraient beaucoup plus longtemps (les livreurs étant invités à rendre quelques petits services) et que les personnes âgées aimaient bien avoir toujours le même livreur.” Fort de ces enseignements, l’entrepreneur met sur pied un service inédit : la livraison de courses assortie d’une visite de convivialité de 45 minutes pour discuter, rendre quelques petits services, s’assurer que tout va bien et transmettre un bilan aux aidants pour les rassurer ou les alerter. 

En quelques mois, le service “Mes parents et moi” qui est proposé dans un premiers temps dans la région de Rouen compte 300 abonnements et au moins dix fois plus de belles histoires. “Nos visites sont très attendues, quand on a une minute de retard, le senior nous le fait remarquer. Chaque semaine, on observe un changement dans les attitudes, se réjouit Harouna,  les femmes se font plus coquettes, se remettent à sortir,  on nous offre des cadeaux à Noël… Peu à peu, on a l’impression de faire partie de la famille.”

Les 19 salariés de l’association sont fiers de faire partie de l’aventure et en redemandent. Leurs livraisons sont limitées à 10 par jour par livreur et ils sont formés aux métiers du social et à la connaissance des seniors. “Ce métier, c’est avant tout de l’humain.” Aujourd’hui, et grâce à l’Assurance retraite, l’association commence à investir le territoire des Yvelines en Île-de-France et à s'immiscer dans les quartiers politique de la ville. De quoi tisser de nouveaux liens, un panier de courses à la main.  

Vivre ensemble pour vivre longtemps

Ces 3 solutions ont été soutenues par l’Assurance Retraite Ile-de-France, dans le cadre de l’appel à projets “Bien vivre sa retraite, le plus longtemps en autonomie” 2023. “Avec comme point de départ commun la préservation du lien entre les seniors et les autres, ces trois projets montrent que la relation à l’autre est un vecteur essentiel de la préservation des facteurs de maintien en autonomie : l'agilité cognitive, la résolution des petits tracas domestiques, la supervision bienveillante des conditions de vie dans le logement, la transmission et la valorisation de soi.. A travers notre soutien nous leur donnons la possibilité de tester la plus-value de l’originalité de leur proposition et parfois la robustesse de leur modèle économique.”


Combien tu pèses sur le climat ? En 10 minutes chrono, calcule l'empreinte carbone de ton mode de vie.