10 bonnes nouvelles pour cette rentrée (et 10 jeux de mots de grande qualité)

10 bonnes nouvelles pour cette rentrée (et 10 jeux de mots de grande qualité)

Le tour des bonnes nouvelles de septembre, celles qui font vraiment du bien. Vous en reprendrez bien une petite louche ?
20 September 2023
par Vianney Louvet
6 minutes de lecture

Si on réfléchit bien, “septembre”, ça rime avec “c’est dur le mois de septembre”. Comme par hasard. Il est pourtant l’heure de la défier cette rentrée, ensemble, et de lui proclamer que nous, on a plein de bonnes nouvelles, même en septembre. La preuve par dix.   

1- Les rugbymen sont au-dessus de la mêlée 

Touchez le mollet gauche d’un footeux, il fond en larmes. Parlez-lui d’écologie, il fond en larmes, de rire. … Parlez à un rugbyman… mais allez d’abord le chercher à la gare. Alors que la coupe bat son plein dans l’Hexagone, on a appris non sans joie que le comité d'organisation du Mondial a lancé un partenariat avec la SNCF pour que près de 70% des trajets des équipes se fassent en train, soit 80 trajets selon la SNCF. La fédération internationale, World Rugby, et France 2023 ont imposé aux sélections de privilégier le train pour des trajets inférieurs à 5h30. Même son de cloche pour les spectateurs, qui profiteront des bus de la filiale de la SNCF, Keolis, pour assurer les derniers kilomètres entre la gare et le stade. La classe sur toute la ligne, d’amont… en ovale. (Bon, après tout n’est pas vert non plus. Mais ce n’est pas le sujet de l’article…)

2- Des étudiantes hors d’Angers ?

C’est une première en France. Les étudiantes angevines souffrant de règles douloureuses pourront, dès cette rentrée 2023, bénéficier de dix jours de congé menstruel par an. Et ce, même durant les examens. Attention, qui dit congé menstruel ne dit pas forcément que les étudiantes se déplaceront hors d’Angers. (Par rapport au titre)(et au jeu de mot)(Juste pour être sûr qu’on s’est fait compris). 

3- Mais où est donc or ni cargo ?

Un cargo propulsé grâce à un système éolien. Projet fou qui voit le jour ces jours-ci. Pyxis Ocean est en train de relier Singapour au Brésil… Et le voyage va durer 6 semaines. Ce jeune Pyxis, les cheveux au vent, car oui les cargo ont des cheveux, est propulsé grâce à une énergie d’origine éolienne qui pourrait révolutionner le secteur du transport maritime, tant la différence d’émissions de CO2 avec les transports traditionnels est importante. 

Pyxis et ses parents se portent bien, il fait 229 mètres - ce qui pour un nouveau-né n’est pas rien - et il court déjà vite, grâce à ses deux voiles rigides (qui d’ailleurs peuvent s’adapter sur des cargos classiques, ces cargros lourds).

4- On n’a pas encore testé maison trouve ça super

Parfois, des idées sont tellement bonnes qu’elles n’ont même pas besoin d’être explicitées. Les échanges de maison, ça en fait partie. Au lieu d’aller payer une fortune dans le Airbnb de Damien S. dont tu n’entreverras jamais la face, tu échanges ton logis. Avec d’autres inconnus, certes, mais qui ne le seront plus vraiment à la fin de l’échange. L’échange de maisons, c’est la triplette gagnante : de l’économie, du lien, du nouveau. La bonne nouvelle c’est que 130 550 personnes ont fait ce choix cet été en France via la plateforme HomeExchange, le gros acteur du game des échanges de maison. C’est 30% de plus qu’en 2022. Tu convaincs tes parents pour 2024 ?

5- Petit ours bringue 

C’est comme lorsqu’on te propose un cookie sorti du four : ce type d’info ne se refuse pas. Le nombre d'ours augmente dans le massif des Pyrénées. En effet, 7 portées ont été comptabilisées depuis le début d'année 2023. Si tu te demandes comment on sait ça, sache que 29 caméras sont implantées dans les Pyrénées pour permettre d'observer les comportements et notamment les naissances des ours de ce massif. Une caméra cachée spéciale biodiversité. L'Observatoire Français de la Biodiversité a compté 76 ours en 2022 dans le massif des Pyrénées. Une chanson d’ours que me chanteront mes enfants.  

6- On sent comme un requin de forme

C'est une première pour notre petit pays. Juste avant que vous ne partiez en vacances, le 29 juin 2023, une province de Nouvelle-Calédonie a lancé un truc qui sonne comme une radio de djeuns, “ENJ” mais qui signifie en fait les "entités naturelles juridiques". Grâce à cette nouvelle catégorie juridique, des espèces seront mieux protégées et pourront défendre leurs droits devant les tribunaux grâce à des porte-paroles. Et qui sont les premiers heureux à qui cela profitera ? Les requins et les tortues marines, deux animaux à la valeur hautement symbolique dans la culture kanak. Ninja. 

7- Le Brésil donne des elles

C’était au Brésil, le 15 et 16 août dernier. On appelle cela la Marche des Margaridas, comprenez “Marche des Marguerites”. Cette marée féminine - déjà organisée 4 ans auparavant, a fait affluer plus de 100 000 Brésiliennes jusqu’au grand parc de Brasília, la capitale. Sur place, des militants, des agriculteurs et agricultrices et de multiples mouvements féministes, d’agroécologie se sont retrouvés. Et le but n’est pas juste de boire un coup en écoutant le Tryo brésilien chanter l’hymne de leurs campagnes, non ! L’événement est profondément politique puisque au terme des 2 jours de discussions, ateliers, les marcheuses se sont dirigées vers la place des Trois-Pouvoirs pour présenter au gouvernement (et les convaincre de débloquer des financements publics) des propositions politiques à la fois sociales, écologiques et féministes sur le thème “Pour la reconstruction du Brésil et pour le bien vivre”. Waouh. On fait pareil en France ? On est chauds comme la Brésilienne.  

8- Ils savaient que c’était  impossible alors ils Lyon fait

C’est un test comme on les aime. Depuis un an, le 9ème arrondissement de Lyon expérimente un dispositif Quartier zéro déchet. Tous les acteurs locaux, notamment les écoles, commerces, mairie, bibliothèque s’essaient à la réduction maximale de leurs poubelles. Ce qu’on trouve réjouissant là-dedans, ce n’est pas le résultat, qui est encore loin d’être parfait, mais c’est l’élan qui entremêle l’écologie au lien humain, cette fameuse écologie populaire, et qui est porté par deux associations : Mouvement de palier et Zéro déchet Lyon. Les freins et galères qu’ils connaissent posent toutes les bonnes questions et les enseignements de cette aventure sont déjà plus que précieux. Un super galop déchet quoi. 

9- Tout seul, on va plus vite, ensemble on va pingouin (un peu technique celui-là, on vous l’accorde)

Pas la peine de le réexpliquer, on sait qu’il a les eaux fragiles, notre monde. Et en juin de cette année, une décision nous a fait chaud au cœur. Le parc marin de l’île Macquarie va tripler de taille pour atteindre une superficie totale de près de 475 465 kilomètres carrés. Si tu ne vois pas où c’est, dis-toi que c’est grosso modo comme notre Corse, quelque part face à la côte sud-est de l'Australie. Et cette nouvelle pour la biodiversité de l’île et de ses environs aquatiques, c’est le paradis. Les Australiens donnent un exemple qu’on ferait bien de suivre, nous Français, l’ensemble de la zone devrait être presque aussi grande que toute l’Espagne… 

10- De quoi recharger nos bactéries

Gros disclaimer avant cette dernière bonne nouvelle : on ne pourra espérer survivre sur cette planète sans changer complètement notre rapport au vivant, nos modes de consommation, de vie notamment pour faire chuter drastiquement nos émissions de CO2. Sans changement, aucune technologie ou découverte ne pourra, à terme, nous sauver, ça on en est convaincus. 

Ceci étant dit, parlons de la découverte de chercheurs des universités américaines de Harvard et Cornell et de l’université de Palerme en Sicile. C’est sur une île volcanique près de la Sicile que ces gens en blouse blanche ont repéré des cyanobactéries consommant du CO2. Jusque là rien de fou. Et puis en les observant avec leurs grosses lunettes, ils ont noté le rythme extra-ordinaire de capture du CO2, extra-ordinaire parce que beaucoup plus efficace et rapide que celui d’autres bactéries semblables et connues jusqu’à maintenant. Des perspectives pour la suite s’ouvrent. Mais on reste prudents, nous. 


Combien tu pèses sur le climat ? En 10 minutes chrono, calcule l'empreinte carbone de ton mode de vie.